Dans le jardin, un rôle pour chacun

Toutes les plantes ont un rôle à jouer dans la nature. Même dans notre jardin, espèces sauvages et cultivées peuvent vivre en harmonie pour un meilleur équilibre.


Mauvaises herbes, mauvaise réputation


 abeillesMoins mauvaises que les désherbants, apprenez à les connaître :


Les herbes sauvages, que l’on appelle injustement mauvaises herbes, sont considérées comme telles car elles poussent souvent là où on ne veut pas, ou qu’elles ne répondent pas à nos critères esthétiques. Cette mauvaise réputation est injustifiée puisque ces plantes se révèlent très utiles au jardin. Apprenons à les connaître et peut-être notre regard changera-t-il ?




Un garde-manger toute l’année :


En fournissant des fleurs et des graines au fil des saisons, ces herbes permettent d’attirer de nombreuses espèces alliées du jardinier telles que coccinelles, abeilles, papillons, mésanges

 

bourracheEmbellir son jardin avec des plantes sauvages :


Certaines n’ont rien à envier à leurs homologues cultivées, tant par leur beauté que par leur parfum. Ainsi bourrache et géranium herbe à robert feront sans conteste leur effet dans votre jardin, agrémentant de leurs fleurs bleues et roses vos massifs.





Protéger et nourrir son jardin :


Certaines plantes sauvages sont utilisées en purin pour leurs multiples vertus. La consoude et le pissenlit sont ainsi des stimulants de la croissance des plantes et de l’activité microbienne du sol. Le purin d’ortie est utilisé pur comme désherbant ou dilué comme fortifiant. Ces décoctions sont également des activateurs de compost hors pair.


Pour aller plus loin :


Les vertus des plantes sauvages ne s’arrêtent pas là : elles peuvent soigner, améliorer le sol, être mangées, servir de couvre sol…

 papillon  consoude fleurs de prairies


Halte aux herbicides !

Si vous n’êtes pas convaincus par les multiples bienfaits des herbes folles, prenez garde avant de vous en débarrasser ! Le jardinier amateur est souvent pollueur malgré lui et participe ainsi à la dégradation de l’environnement.

Ainsi, la France est le 1er consommateur européen de pesticides et les jardiniers amateurs participent à hauteur de 8% à l’utilisation de ces produits, notamment les herbicides.

Pour jardinier sans herbicides, pensez aux alternatives sans danger pour l’environnement comme le paillage, ne pas laisser les plantes envahissantes monter à graines, le désherbage thermique ou manuel…


Si nous détruisons les herbes sauvages, nous déséquilibrons l'écosystème du jardin. Si nous les acceptons, nous aurons moins d'animaux nuisibles dans nos cultures, moins de plantes malades et plus de récolte !



Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plusok